Domaines
RH
Juridique
Compta
Administratif/Moyens Généraux
Communication
Bureautique
Conseils aux débutants
Word
Excel
PowerPoint
Outlook
Access
Publisher

PagePlus (PAO)

Windows/système
PhotoImpact
Conception web : les bases
Applications pas à pas
Tests logiciels
Macros VBA
Leçons
Macros Word
Astuces
Orthographe
Rédaction
Organisation
Produits/services malins
Outils
Ouvrages
Modèles
Macros
Liens
Anglais
Grammaire avec AnglaisFacile
Leçon gratuite avec AnglaisFacile
Carrière
Gestion de carrière
Fiches métier
Témoignages / vécu
Offres d'emploi

Evénements métier
Echos de presse, comptes-rendus

Echanger

Forums
Chater en direct

© Nadège Guilbert
Le contenu de ce site
est régulièrement déposé auprès de la SGDL
Reproduction interdite
sans le consentement
écrit de l'auteur

 



Imprimer la page

Vécu > Index

05-Jan-2004


Martine Bardot vit en région parisienne. Elle a débuté sa carrière en tant que sténodactylo et occupe à présent un poste de chargée d'affaires électricité.
Retour sur un parcours réussi.

J'étais secrétaire à présent je suis... chargée d'affaires chez EDF-GDF

Martine, peux-tu nous exposer en quelques lignes ce qu'a été ton parcours professionnel et ta formation initiale ?

Eh bien, je suis rentrée chez EDF-GDF en 1977 en qualité de sténodactylo, sitôt après l'obtention de mon BEP. J'exerçais mon activité au sein d'un pool. Nous n'avions pas de supérieurs dédiés et travaillions toutes alternativement pour les cadres de notre département. J'ai cependant eu maintes fois l'occasion d'effectuer des remplacements au niveau du secrétariat commercial, ou technique. J'effectuais également diverses missions de secrétariat pour les syndicats EDF-GDF.

En 1985, j'ai finalement obtenu de la promotion et ai été affectée au Secrétariat technique d'un chef de département, tout d'abord en qualité de sténodactylo, puis rapidement de secrétaire.

Malheureusement, la révolution informatique est passée par là et, en 1990, notre chef de département nous a informées de la suppression imminente de plusieurs postes de secrétariat -dont le mien- suite à l'introduction de postes informatiques au sein de l'entreprise.

Il nous a alors proposé de nous reconvertir en chargées d'affaires. Il s'agissait-là d'une expérience pilote car le poste de chargée d'affaires, contrairement à ce que son intitulé laisse supposer, n'est pas un poste à connotation "commerciale" mais un poste de très haute technicité. Proposer ce type de reconversion à de simples secrétaires ou assistantes constituait donc un véritable challenge. Certes, nous maîtrisions le vocabulaire technique, à force de le rencontrer, mais pas forcément les réalités techniques qu'il recouvrait. C'était l'époque où l'on débattait beaucoup de la parité homme-femme. Il fallait donc que l'État montre la voie. Ma "reconversion" n'a donc pas été le fruit d'une démarche volontaire et il est vrai que j'avais certaines réticences.

Nous avons donc dû suivre une formation de 6 mois et nous initier, entre autres choses, à l'électrotechnique, à l'électricité et suivre des cours de mathématiques modernes !

A l'issue de cette formation, en 1991, 30 nouveaux postes de chargés de clientèle ont été ainsi créés, mais nous n'avons été que deux femmes, deux secrétaires, à parvenir à l'issue de cette formation sur les 10 qui avaient relevé le challenge.

En quoi consiste aujourd'hui ta fonction ?

Je travaille à présent au service Ingénierie Électricité. J'interviens après le dépôt des permis de construire et j'élabore des devis de raccordement au réseau électrique. Je donne également mon approbation sur les projets de construction qui me sont soumis (toujours au niveau des raccordements électriques, bien sûr) et ai une mission importante de conseil.

Je supervise également la construction de tranchées EDF et la réception des travaux, tels que immeubles, bâtiments municipaux, magasins... Je me déplace donc fréquemment sur des chantiers.

Tu évolues donc aujourd'hui dans un milieu plutôt masculin. Quel a été le regard de tes interlocuteurs à tes débuts ?

A l'issue de notre formation, nous avons tourné à deux pendant 6 mois. Mon collègue était un homme et c'était plutôt amusant de voir mes interlocuteurs se tourner spontanément vers lui pour toutes les questions techniques alors que c'est moi qui fournissait les réponses !

Il est vrai que le regard de mes interlocuteurs a été un peu dubitatif au premier abord mais à partir du moment où l'on démontre ses compétences, je suis persuadée que l'on ne rencontre pas de problèmes particuliers. Dans mon cas, il faut également savoir adapter son langage à ceux que l'on rencontre et ne pas s'offusquer aisément.

Avec le recul, quelles sont les qualités qu'il t'a fallu mettre en oeuvre pour décrocher ce poste ?

Indéniablement l'esprit de challenge et de la persévérance. Appréhender l'électrotechnique ne va pas de soi lorsque l'on est secrétaire... Il faut également savoir faire preuve de curiosité d'esprit et démontrer sans cesse que l'on est capable.

Quels conseils donnerais-tu à une secrétaire ou assistante qui envisagerait de suivre ton exemple ?

De foncer ! On n'a rien sans rien. Il faut saisir chaque opportunité d'évolution. Je fais aujourd'hui un métier différent de mon métier d'origine et je suis passionnée par lui. Il m'oblige à être sans cesse à l'écoute des mutations technologiques et donc à me remettre en cause en permanence. Cela rompt la monotonie !

Haut